De retour à vivaces

BALOSKION

22,00

Vivace herbacée ressemblant à une graminée et formant une touffe au feuillage souple, très originale.

Peut se cultiver en eau peu profonde,en massif ou en pot.

S’intègre facilement dans des massifs méditerranéens.

Rusticité: -8°C.

Feuillage: Persistant

Conteneur: 3Litres

Rupture de stock

Description

Baloskion Tetraphyllum

D’allure proche d’un bambou, cette plante persistante est une “Restionacée” originaire d’Australie; elle forme une touffe dense au feuillage vert tendre. Plante idéale en bordure de bassin ou en poterie.

Origine

Tout d’abord, cette famille d’origine australe est proche des Joncacées (les joncs), assimilable donc pour le jardinier, aux graminées ornementales (au sens large et non au sens botanique du terme). Baloskion tetraphyllum est originaire du sud-est de l’Australie.

Voici enfin un restio relativement rustique acclimatable en France ! Cette jolie plante de zone humide gagne à être connue pour son feuillage graphique et frais ainsi que son port original.

De plus, la souche est compacte, dense, car le bas des tiges est au contraire très raide, fragmenté par des entre-nœuds, un peu semblable à la prêle du Japon. Ces tiges sont hautes de 120 à 180 cm selon les conditions de culture et la quantité d’eau disponible.

Enfin, certaines tiges sont stériles et d’autres portent de longs épillets décoratifs brun rouge, de mai à juillet. Le restio australien peut devenir large de 60 à 120 cm, avec une emprise au sol bien plus restreinte, il montre cependant une croissance assez lente.

Comment acclimater et cultiver le Baloskion ?

Premièrement, le Baloskion tetraphyllum se plait dans un sol humide, voire le pied submergé dans l’eau. Il est donc une plante de berge, qui supporte bien l’ensoleillement. Placer le en zone ombragée, si il est planté dans un sol simplement frais à ordinaire. Il supporte même l’ombre profonde qui accentue le vert acide. Le restio australien accepte les sols lourds, argilo-sableux à argilo-limoneux.

Deuxièmement, il est reconnu comme rustique jusqu’à -8 °C, mais demande quelques précautions à l’installation. En effet, les jeunes plantes sont plus gélives que les plantes âgées ou bien installées. Si vous obtenez un jeune plant, il peut être intéressant de le faire grossir en pot (avec hivernage hors gel) avant de tenter l’acclimatation en pleine terre. Le restio australien est toujours planté au printemps, après les fortes gelées. Il a ainsi le temps de s’enraciner avant l’hiver. D’autre part, mettre un paillage pour lui permettre de maintenir plus élevée la température du sol en hiver.

Enfin, chaque printemps, enlever les tiges abimées de la souche. Il ne demande pas d’autre entretien si ce n’est des arrosages très réguliers s’il est maintenu en pot, avec parfois un peu d’engrais.

Print Friendly, PDF & Email